28 septembre-02 octobre 1958 : un historien rappelle les grandes lignes du combat pour l’indépendance

0 123

28 septembre 1958 – 28 septembre 2020, cela faisait ce lundi, 62 ans que les guinéens, unis comme un seul homme, ont voté NON à toute collaboration franco-africaine proposée à l’époque par le président français le Général De Gaulle. Cette date, les guinéens s’en souviennent encore. Pour parler de ce vote ayant conduit la Guinée à la prise de l’indépendance le 02 octobre 1958, avenirguinee.net a eu en exclusivité Sacko Tiranké Ibrahima Kalil, enseignant chercheur au département d’histoire à l’Université de Kankan.

« Le 28 septembre est une date qui marque la grande mobilisation et engagement des guinées pour extérioriser leur intériorité en disant NON à la France, NON à la domination coloniale française. Depuis ce jour, les guinéens se sont engagés à travers le leader Ahmed Sékou Touré. Il a osé dire avant le 28 septembre Non à des colons à travers le discours qui a fait le tour de l’Afrique et du monde », dit-il.  

Poursuivant, il est revenu sur le discours libérateur du feu président Ahmed Sékou Touré face à l’impérialiste français De Gaulle.

« ‘’Nous avons, quant à nous, un premier indispensable des humains. Celui de notre dignité. Or, il n’y a pas de dignité sans liberté. Car tout assujettissement, toutes contraintes imposées et subies dégradent celui ou celle qui intègre. Le retirer est une part de sa qualité dont il en fait arbitrairement un être humain. Nous préférons la liberté dans la pauvreté, qu’à l’opulence dans l’esclavage. Notre cœur. Notre raison en plus de nos intérêts les plus évidents, nous font choisir sans hésitation l’interdépendance et la liberté dans cette union. Mais, plutôt que de nous définir sans la France pour notre défense’’ c’est depuis le 25 Aout 1958 que Sékou a affirmé cela ».

Plus loin, l’historien ajoute que :  » le 28 septembre 1958, les guinées ont voté 96% NON à la France dans le domaine de la colonisation et OUI à l’indépendance de la Guinée. Et, puisque le référendum était une occasion pour De Gaulle de mesurer la volonté et l’l’intention des colonies vis-à-vis de leurs puissances colonisatrices, il a été choqué mais, a accepté. Mais, il a dit qu’ «on me parle d’indépendance, je dis ici plus haut qu’ailleurs que l’indépendance est à la disposition de la Guinée. Elle peut la prendre le 28 septembre 1958 en disant NON à la proposition qu’on lui a faite. Et dans ce cas, je garantis que la métropole ne fera pas d’obstacles. Elle tirera des conséquences bien sûr, mais d’obstacles elle n’en fera pas. Votre territoire pourra comme il voudra, dans les conditions qu’il voudra sur la voix que nous admettons à partir de là, le 28 septembre devrait être une matérialisation de ces propos », poursuit l’enseignement chercheur.

Faut-il ajouter que nombreux sont des citoyens guinéens qui mettent à profit cette date historique pour rendre hommage à l’élite de l’époque, qui s’est donnée à fond pour l’obtention de l’indépendance de la Guinée.

N’ty Diané correspondante d’avenirguinee.net à kankan

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.