AN: ouverture de la première session unique dans un contexte politique tendu

0 82

A travers la nouvelle constitution, la première session unique de la 9è législature a été ouverte ce lundi, 5 octobre, dans un contexte lié à la pandémie du coronavirus, et la crise politique relative à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain. Et, plusieurs députés ont pris part à cette première journée, inscrite dans les 90 jours d’intenses travaux du parlement guinéen.

 

Présent, le ministre conseiller à la présidence, représentant du chef de l’État auprès des institutions républicaines, Mohamed Lamine Fofana a, dans son discours de circonstance, rappelé d’abord que <<Cette session s’ouvre dans un contexte socio-politique et économique marqué d’une part par la pandémie du COVI-19, d’autre part par le processus électoral en cours… Ces deux faits majeurs auront sans doute un impact sur le déroulement de vos travaux, sans surtout les perturber compte tenu de l’engagement patriotique de chacun et chacune de vous>>, dit-il. Félicitant également les honorables députés pour la disponibilité.

 

De son côté, le président de l’assemblée nationale, Amadou Damaro Camara a invité ses collègues à mesurer la responsabilité placée en eux, afin de contribuer à l’animation d’un débat démocratique au sein du parlement guinéen.

« Chers collègues, notre crédibilité dépendra de l’intérêt que nous consacrerons à nos travaux et surtout de la responsabilité avec laquelle nous étudierons et procurerons à l’exécutif, les moyens de financement de notre croissance par le vote du projet de loi de finances initiales 2021. (…). Nous devons garder à l’esprit tout au long de la présente session, des facteurs endogènes et exogènes. Aussi, je vous inviterai de ne ménager ni votre temps, ni vitre énergie pour l’examen et l’adoption des projets de lois soumis à notre Assemblée par le gouvernement. (…). Le travail qui est attendu de vous, représentant du peuple, est crucial pour examiner les projets de lois du gouvernement et autres. Pour la première fois, nous aurons une session unique et c’est historique, qui va durer 9 mois. Cette session s’ouvre dans un contexte qu’on peut qualifier à la fois de spécial et même exceptionnel dominé par l’élection présidentielle du 18 octobre prochain. En tant que représentation nationale, nous ne pouvons pas rester indifférents face à cette situation sociopolitique », souligne le président de l’Assemblée Nationale.

Ibrahima Sory Camar pour avenirguinee.net

Leave A Reply

Your email address will not be published.