Arrestation du journaliste Amadou Diouldé : la police livre enfin sa version

Alors qu’aucune autorité n’avait jusque-là accepté de communiquer sur les circonstances de l’arrestation du journaliste Amadou Diouldé Diallo, interpellé il y a près de deux semaines, le premier responsable de la Direction Nationale de la Police Judiciaire (DPJ), Commissaire Fabou Camara a lâché un éclat de lumière sur cette situation qui préoccupe plus d’un. C’était à l’occasion d’un point de presse animé ce mardi, 9 mars, au Ministère de la Sécurité.

<<Après avoir analysé les déclarations de Mr Amadou Diouldé Diallo, nous avons été saisis par le procureur général nous demandant de rechercher,  situer et interpeller le nommé sur les faits dont nous avons été informés. Nous avons transcrit ces déclarations sur la radio Lynx Fm. Dans les propos tenus, nous avons constaté des infractions graves qui nous ont poussés à lui adresser une première convocation par voie d’huissier.
Une deuxième, il s’est mis dans une position à décliner les invitations faites. La troisième convocation est basée sur ce qu’on appelle la comparution forcée. Il s’est rendu sur une place publique qu’on appelle le stade du 28 septembre, nous nous sommes présentés à lui et nous l’avons interpellé sans aucune violence. Il n’y a pas eu de descente musclée comme cela se dit par la presse et toutes les autres interpellations sont passées ainsi. Je ne vois pas une seule fois une personne qui dira qu’elle a été blessée, traumatisée au cours de son interpellation. Je rassure que les services de la direction centrale police judiciaire feront tout pour que le droit humanitaire soit respecté et que force reste à la loi >>, a-t-il expliqué.

Ibrahima Sory Camara pour avenirguinee.net
621-26-99-81

Comments are closed.