Ce que l’on sait du retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire

Attendu jeudi en milieu d’après-midi dans son pays, Laurent Gbagbo reste très populaire auprès de ses militants qui ont pris d’assaut le siège de son parti à Abidjan, constate Valérie Bony, la correspondante de BBC Afrique à Abidjan.

Au siège du Front patriotique ivoirien (FPI), le parti de gauche fondé par l’ancien président en 1982, la guerre des affiches fait rage et l’ambiance est déjà au rendez-vous.

Des milliers de t-shirts de plusieurs couleurs et formats sont confectionnés pour marquer le grand retour au pays de leur leader.

Plusieurs sortes de t-shirts commémorant le retour de M. Gbagbo sont en vente. Les pagnes sont déjà épuisés. Il faut commander maintenant pour les avoir, selon Valérie Bony.

Comment se passe le retour?

L’ancien président ivoirien va arriver en vol régulier et sera accueilli au pavillon présidentiel par des officiels de son parti, des membres de sa famille, des proches et peut-être des membres du gouvernement.

Pour le programme de la journée de jeudi, Laurent Gbagbo va se rendre au siège de l’ancien parti qui sera rouvert pour l’occasion.

Ensuite, il va se rendre à l’intérieur du pays pour se recueillir sur la tombe de sa mère, dans sa région natale dans l’ouest du pays, précise la correspondante de BBC Afrique à Abidjan.

Comme prévu dans son agenda, M. Gbagbo va revenir faire la visite de ses militants et de ses proches.

« Il n’est pas exclu qu’il soit reçu en audience par le président Ouattara », ajoute Valérie Bony.

Le retour de Laurent Gbagbo après son acquittement à la CPI est perçu comme une page qui se tourne en Côte d’Ivoire.

Beaucoup y voit un encouragement, une consolidation de la réconciliation nationale, selon la correspondante de BBC Afrique à Abidjan.

Les observateurs s’attendent même à voir les trois hommes politiques Ouattara, Gbagbo et Bédié « s’assoir ensemble pour discuter de l’avenir du pays ».

A leur avis, « ils doivent parler d’une même voix pour apaiser les cœurs qui sont blessés par les différents conflits qui se sont passés en Côte d’Ivoire ».

L’analyste politique Sylvain Nguessan explique à BBC Afrique que le retour de Gbagbo va pacifier les relations entre les différents partis politiques du pays.

« Son arrivée va susciter une nouvelle dynamique dans l’arène politique. L’opposition va gagner en vitalité… L’opposition pourra retrouver ses lettres de noblesse et pourra participer à la vie politique de manière plus active et comme jadis, contribuer à la gouvernance d’une manière ou d’une autre », indique M. Nguessan.

Pour ce qui concerne la réconciliation en Côte d’Ivoire, le politique rappelle que « les douleurs sont personnelles. »

« La dame qui a perdu son mari, ce n’est pas l’arrivée de Laurent Gbagbo qui l’emmène à oublier tout ce qu’elle a vécu », dit-il.

Sylvain Nguessan estime qu’une discussion entre Gbagbo, Bédié et Ouattara n’est pas suffisant pour que les Ivoiriens se réconcilient. « Ce discours est assez limite », pense-t-il.

« Il faudra aller en profondeur, il faudra approcher véritablement les victimes, comme dans le processus que nous avons vu en Afrique du Sud et au Rwanda », explique-t-il.

Et de poursuivre : « si les victimes peuvent au moins extérioriser leurs blessures, ce qu’elles ont vécu en ce temps-là et que la République peut leur demander pardon, je pense que cela pourrait être mieux opérationnel ».

La crise postélectorale de 2010-2011 a fait plusieurs centaines de morts et des milliers de déplacés internes et externes.

De nombreux rescapés se sont réfugiés au Ghana, au Libéria, au Bénin, en Guinée, au Mali, au Niger, au Nigéria et au Burkina Faso.

Lire la suite du BBC Afrique

 

Comments are closed.