Contre 3è mandat : un membre du FNDC dit être menacé de mort et de kidnapping 

0 21
En prélude à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain à laquelle prend part le président Alpha Condé pour un mandat de plus après 10 ans passés à la tête de la Guinée, le secrétaire chargé à l’information du PEDN et membre de la cellule de communication du FNDC, Ousmane Kankou Kaba a confié ce mercredi, 23 septembre, à la rédaction d’avenirguinee.net, qu’il reçoit des menaces de mort et de kidnapping de la part des personnes inconnues. Cela, pour son engagement citoyen à lutter contre un 3ème mandat pour le président Condé.
« (…) Le parti au pouvoir oeuvre dans le sens de faire taire toutes les voix discordantes. Alors que nous, nous ne sommes pas prêts à se laisser faire. Je reçois des menaces basées sur l’ethnie. Du genre : 《Ousmane Kankou Kaba, vous pensez qu’on ne sait pas ou vous êtes, d’où vous habitez, et ce que vous faites ? Est ce que vous êtes un malinké digne de nom ? Non!. Tous malinké qui va s’opposer au pouvoir d’Alpha Condé, nous allons l’éliminer. Retirez vous du combat du FNDC sinon, vous subirez ce que vous aurez cherché.》Je reçois des appels des personnes inconnues… des menaces de mort ou parfois liées au kidnapping et à l’emprisonnement. » a-t-il confié.
Dans la foulée, cet activiste est revenu sur la dernière menace en date du dimanche dernier, qu’il a reçue à travers un appel inconnu.
 » Le dimanche 20 septembre dernier, j’ai reçu l’appel de quelqu’un qui m’a dit : vous avez vu ce qu’on a fait à Foniké Menguè ? Il a passé plus de 4 mois en prison sans procès après on l’a relâché. Le même sort risque de vous arriver. Quiconque tente de nous barrer la route pendant cette élection, on va finir avec lui. », a-t-il indiqué.
Pour finir, Kaba attire l’attention de l’opinion nationale et internationale en leur prenant pour témoin.
« A la communauté nationale et internationale, si quelque chose arrivait aujourd’hui à Ousmane Kankou Kaba, c’est le gouvernement qui serait responsable. Le combat continue. », a- t-il conclu.
Il faut rappeler que malgré les intimidations, certains responsables du Front Nationale pour la Défense de la Constitution  (FNDC), restent droit dans leurs bottes. Le mouvement rangé contre un troisième mandat, appelle à  de nouvelles manifestations pacifiques à partir  du 29 septembre prochain.
Ibrahima Sory Sylla pour avenirguinee.net
   625-21-09-71

Leave A Reply

Your email address will not be published.