Culture entrepreneuriale : ouverture à Conakry d’une formation de 190 conducteurs de Moto-taxi

C’est parti pour la formation de 190 conducteurs de Moto-taxi à Conakry. Le projet, dirigé par le cabinet SGG SARL, est financé par l'UE, OIM, UNFPA et le PNUD. Écrit par Mohamed Cissé  

Répartis dans plusieurs salles, ces conducteurs de moto seront formés durant cinq jours sur la création et la gestion d’entreprise, la gestion, le fonctionnement et la création d’un groupement d’intérêt économique, l’élaboration du business plan et/ou le plan d’affaires. La cérémonie d’ouverture a connu ce jeudi 8 avril 2021, la présence des partenaires et le gouvernement guinéen, à travers le ministère de la jeunesse.

Dans son intervention, le directeur général de la SGG Sarl, Mamady Condé a rappelé les enseignements qui vont marquer cet atelier de formation.  

« Nous allons les former sur les démarches à suivre pour la création du business plan, les stratégies d’études du marché, l’étude environnementale, l’étude des produits et l’étude de la clientèle. Nous allons accompagner ces jeunes dans la recherche de financement et aussi la création de leurs entreprises. Ces jeunes sont victimes de l’instrumentation politico-Sociale. C’est-à-dire on les utilise pour des campagnes pour des partis politiques, pour faire beaucoup de bruits dans les cérémonies. Il faut les conscientiser et leur faire comprendre que ce qu’ils sont en train de faire, c’est une activité génératrice de revenu. Pour ça, il va falloir se débarrasser de la politique pour être un acteur au service du développement », a-t-il indiqué.Représentant le ministère de la jeunesse et de l’emploi jeune, Moussa Condé, qui a tenu le discours d’ouverture de cette rencontre, a réitéré la volonté du gouvernement guinéen à accompagner toutes les initiatives portées par des jeunes.  

« Le gouvernement est intéressé par toute formation qui porte sur les conducteurs de moto-taxi, qui jouent un rôle important dans notre communauté à travers cette activité génératrice de revenu. Il faut faire l’alerte parce que ces mêmes conducteurs de moto taxi entrent souvent dans les questions de violence, de manipulation politique, toute chose qui trouble une quiétude dans nos communautés. Donc, Il est important de les former pour qu’ils soient des jeunes entrepreneurs, qu’ils puissent tirer parti de l’activité qu’ils sont en train de faire qui, bien sûr, est un métier de survie mais qui leur permettra de vivre décemment au sein de leurs familles …. »  Pour Sidy Mohamed Kanté, coordinateur des taxi-moto à Ratoma, « nous comptons sur cette formation pour changer et améliorer beaucoup de choses dans notre secteur de transport de taxi moto dans la ville de Conakry. Grâce aux formations passées, il y a beaucoup de choses qui ont changé dans notre secteur. Et, nous espérons avoir beaucoup d’idées pour pouvoir changer et développer notre secteur de transport », dit-il. Ajoutant tout de même que les « plus grandes difficultés que l’on rencontre, ce sont les tracasseries policières. Ça nous fatigue énormément. Nous demandons à l’État de former la police pour que tout le monde fasse une bonne conduite et que le travail soit une opportunité pour tous », a-t-il lancé.Au sortir de cet atelier de formation, les participants espèrent être outillés des notions liées aux techniques de création d’une entreprise, du respect du code de route, de la bonne conduite et du respect des clients.   

Comments are closed.