Dansa porté à la tête du CNT : pas content, Soumah de GDE révèle…

Le président du parti GDE fait partie des personnes qui pensent que le chef de la transition ne devrait pas nommer Dansa Kourouma à la tête du CNT. Aboubacar Soumah, au cours d’une interview qu’il a accordée à avenirguinee.net ce lundi, a indiqué que le colonel Doumbouya devrait prendre en compte de la perception politique des actes.

« Je voudrais que le CNRD prenne en compte la perception politique des actes. La perception en politique est beaucoup plus importante que la réalité. Même si tu aimes quelqu’un, même si tu sais qu’il est capable, si son utilisation peut te créer des soucis politiques, sociaux, il faut le mettre à l’écart et prendre quelqu’un de consensuel pour éviter les problèmes. Parce que le CNRD a beaucoup de travaux à faire. Pourquoi insister sur une personne dont la présence dans les structures de organes de la transition peut créer des problèmes pour empêcher le CNRD à dérouler les programmes de façon effective dans l’intérêt supérieur de cette nation ? Je fais allusion à Dr Dansa Kourouma », a-t-il dit.

Poursuivant, l’ancien député a révélé que le président du CNOSCG fait partie des personnes qui ont rédigé la charte de la transition, ce qui pourrait être l’une des raisons de son choix. Il a également fait remarquer que le CNT ne pourra en aucun cas être indépendant face à la junte, puisque ses membres ont bénéficié d’un décret présidentiel.

« Nous savons que Dansa fait partie de l’équipe qui a rédigé la charte, nous savons qu’elle a été rédigée de façon piégée, nous le savons. Sinon on ne peut pas dire dans la charte que seul le président de la transition doit nommer le président du CNT et les vice-présidents.

Dans toute organisation de ce genre, lorsque les membres sont choisis, même s’ils sont nommés par décret mais choisis d’avance par les entités connues, ils se retrouvent entre eux pour mettre le bureau exécutif. Maintenant, le législatif de la transition est dépendant de l’exécutif de la transition.

Pourquoi les penseurs politologues ont séparé les pouvoirs ? Il faut que le législatif soit à part, l’exécutif à part et le judiciaire à part, parce que le pouvoir doit arrêter le pouvoir. Mais, si tout se retrouve dans une seule main, comment peut- on qualifier cela ? Si c’est le président qui nomme les membres du CNT, leur président, qui donne leur budget, comment voulez-vous que ces gens posent des actes allant dans le sens de l’intérêt de la population, pas dans le sens de l’homme qui leur a mis là ? Est-ce que vous pensez qu’on fonce droit dans le mur avec ce CNT ? Naturellement ».

Plus loin, Soumah a confié que : « si les actes pareils continuent, ça risque de créer des situations qu’on ne souhaite pas pour notre pays ».

« C’est pourquoi, en tant que grand frère du colonel Mamadi Doumbouya, en tant qu’ami même parce qu’il est en train de poser des actes outre qui me paraissent importants pour ce pays, je le pris pour l’amour de Dieu, de revoir un peu sa copie. Surtout qu’il n’y ait pas confiance absolue aux guinéens ; il doit être sceptique. Même ceux-là qu’ils pensent amis, contrôler leurs actions de façon quotidienne me paraît responsable. Il ne faut pas avoir une confiance aveugle aux guinéens.

C’est celui qui te considère comme ami, comme frère, c’est celui-là qui va te poignarder au dos. Nous sommes obligés de l’accompagner pour un début parce que l’erreur est humaine mais, il faut qu’il fasse très attention. Parce que si les actes pareils continuent, ça risque de créer des situations qu’on ne souhaite pas pour notre pays ».

Ibrahima Sory Sylla et Fatouma Konaté pour avenirguinee.net

Comments are closed.