Depuis sa cachette, le syndicat des employés d’Albayrak transport menace ‘’ nous allons…’’

Les 36 employés de la société Albayrak arrêtés le 16 août dernier à Matoto, étaient de nouveau ce jeudi, 26 août, devant le tribunal de première instance de Mafanco pour les plaidoiries et réquisitions. Poursuivis pour attroupement et destruction de biens, ils seront situés par le tribunal le 6 septembre prochain. Mais, dans la réquisition du ministère public, des peines d’emprisonnement fermes ont été annoncées.

Joint vendredi par la rédaction d’avenirguinee.net, le secrétaire général d’Albayrak transport, Boubacar Mariam Fofana, depuis sa cachette, est revenu sur le calvaire que traversent ses pairs détenus à la maison centrale de Conakry. 

« Ils sont en train de vivre les moments les plus pénibles de leur vie. Hier, après la deuxième audience, le procureur a décidé de renvoyer le dossier le 6 septembre pour la délibération. Les avocats ont demandé de mettre les détenus à leur disposition, le président a dit non qu’ils doivent retourner en prison pour passer onze jours encore », déplore-t-il. Poursuivant, il annonce qu’ils comptent « battre le pavé pour obtenir leur libération, et aller jusqu’au bout ».

Annonçant qu’ils ne sont pas des ennemis de la Direction de la société Albayrak, ce responsable syndical a manifesté la volonté de rencontrer le président Alpha Condé, pour la libération de ses collègues.

« Nous allons nous rendre à la présidence. Et, nous allons demander au président, c’est lui le père de la nation. Il ne pourra pas accepter qu’on enferme les innocents pendant près d’un mois. Peut-être que d’ici le 6 septembre le président sera là. Nous allons descendre à Sékhoutouréya, aller demander doléances auprès de lui afin que les innocents sortent de la prison ».

Plus loin, notre interlocuteur a lancé un appel aux autorités : « le syndicat est différent d’un ennemi, donc nous leur demandons de revenir à de meilleurs sentiments et de comprendre que ce sont les innocents qui sont en prison pas des criminels. Ils ont simplement revendiqué leur droit, ils ne méritent pas d’être en prison ».

Bintou Camara et Abdoul Karim Touré pour avenirguinee.net
628-62-09-34

Comments are closed.