Depuis sa « somptueuse » villa de Lambanyi, Dr Zalikatou s’exprime sur le décès de M’mah:  » la justice doit fonctionner »

Viol puis tentative d’avortement sont entre autres les violences dont sont reprochés 3 médecins d’avoir fait subir M’mah Sylla, décédée finalement dans une clinique en Tunisie où elle a été évacuée. Un acte qui a suscité de l’indignation chez un grand nombre de guinéens, mais aussi des autorités de la transition qui promettent de rendre justice dans cette affaire. Mais, comment cette action ‘’ignoble’’ est perçue par l’ancienne ministre de l’unité nationale et de la citoyenneté, Dr Zalikatou Diallo ?

Dans sa somptueuse villa de Lambanyi, en haute banlieue de Conakry, elle a accordé une interview à une équipe d’avenirguinee.net ce jeudi.     

« Comme toute mère de famille, ce qui est arrivé à M’mah Sylla est regrettable. Et, ce qui est davantage préoccupant pour le moment, c’est le fait que ce soit des médecins qui sont instigateurs de ce crime », déplore-t-elle, au début de son intervention.

Aux yeux de cette ancienne vice-présidente de la neuvième législature guinéenne, la séquestration de la jeune dame dans une clinique privée de la capitale suscite beaucoup d’interrogations dans la mesure où : « les membres de cette corporation sont censés être les sauveurs des personnes en détresse. C’est pourquoi pour être médecin, il faut une longue et très dure formation. Les médecins sont censés étudier l’homme dans tous ses compartiments : ils connaissent l’anatomie, la physiologie. Quand ils maîtrisent tous ces domaines, ils sont finalement mieux outillés que quiconque dans la société pour sauver les personnes en détresse. Si cette jeune dame vient pour des soins, le moindre que l’on pouvait lui offrir, ce sont des soins de qualité. Mais malheureusement, je ne sais pas comment le démon s’est emparé de ces jeunes médecins pour procéder à ce viol ».

Pour Dr Zalikatou, médecin de formation, ce cas de viol est un parmi tant d’autres. Et, il relance « le débat sur la formation mais aussi l’éducation de base de nos enfants parce que les parents doivent inculquer des valeurs à leurs enfants en famille…pour éviter ce genre de comportement. On pouvait comprendre que ce soit un seul médecin mais, qu’ils soient plusieurs ? Ça veut dire que la tendance bascule. Et c’est prémédité ».

Dans le sillage, pour éviter de tels cas dans le futur et de mettre la population à l’abri des profanes de la corporation médicale, Dr Diallo a insisté sur la réglementation du secteur médical, soulignant ensuite que des enquêtes doivent être menées.

« Le secteur privé doit être réglementé au niveau de la médecine. Il faut qu’on recense ces cliniques privées et voir ce qui s’y passe. Parce que dans les hôpitaux et cliniques, les médecins travaillent en équipe. Quand un patient arrive, il y a toute une procédure. Quand il y a un acte chirurgical ou thérapeutique qui est en train d’être réalisé, c’est en général une équipe qui le fait. Alors, on se demande pourquoi autant de médecins se sont retrouvés pour perpétrer cet acte répréhensible. Est-ce une clinique officielle ou clandestine ? Les enquêtes doivent être menées pour essayer de démanteler toutes ces formations sanitaires qui ne répondent pas aux normes sanitaires ».

Pour finir, elle a invité les nouvelles autorités à faire de cette affaire un exemple dissuasif pour éviter de tels agissements dans le futur.

« Il faut que les instigateurs de ce crime odieux subissent les rigueurs de la loi dans la plus grande fermeté. Je pense que les juges d’instruction vont jouer leur rôle et que la justice va fonctionner en plein régime pour pouvoir rendre justice à la défunte. Quand justice est rendue, ça pourra un peu soulager sa famille et toute la Guinée…Tout le monde doit agir en commun pour pouvoir prévenir dorénavant, plus jamais des actes de ce genre au niveau des formations sanitaires mais aussi dans la société », a-t-elle conclu.

Il faut rappeler que le corps de la victime, M’mah Sylla a été inhumé dans l’après-midi de ce mercredi. Quant aux présumés coupables, deux sont à la disposition des autorités compétentes et un serait en cavale.

Ibrahima Sory SYLLA et Ibrahima Sory Camara pour avenirguinee.net
625.21.09.71/621-26-99-81

Comments are closed.