Des coupeurs de route,  »habillés en gendarme », attaquent un minibus et emportent des millions…

Malgré la levée des barrages et la descente sur le terrain des unités mixtes de la gendarme mobile, l’insécurité routière bat son pavé sur les routes de l’intérieur du pays. Les coupeurs de route ont encore frappé dans la nuit du lundi à mardi 4 janvier 2022, à Débélen, une sous-préfecture située à 15 km de la ville de Kindia. C’est un véhicule ‘’minibus’’ en provenance de Kissidougou pour Conakry, à son bord 17 passagers, qui a été la cible des malfrats. Habillés comme des gendarmes, ces bandits armés jusqu’aux dents ont emporté plus de 12 millions FG des mains du chauffeur, d’une somme importante et des biens matériels des passagers.

 Interrogé par avenirguinee.net, le conducteur du véhicule a relaté les faits à l’un de nos reporters: « C’est aux environs de 2h 30′, hier nuit, on quittait Kissidougou pour Conakry. On a dépassé Kindia. A 10 km de Débélen carrefour, il y a une partie de la route qui est complètement dégradée qui fait qu’on ne peut pas filer. Je partais doucement, j’ai vu deux personnes sur la moto derrière moi. Elles sont venues brusquement me dire ‘’maître il faut garer’’. Moi, je pensais que c’est la brigade qui me pourchassait et donc, j’ai garé. Ils sont descendus sur la moto avec des armes et l’autre a directement braqué l’arme vers moi et m’a dit ‘’maître éteint la voiture et donne-nous la clé’’. J’ai un ami qui voulait s’imposer, je lui ai dit non, si on t’arrête, tu manifestes seulement ils vont te faire du mal. J’ai obéis et le bandit m’a demandé d’aller ouvrir le coffre et le capot. Je l’ai fait, il a contrôlé et il n’a pas vu d’argent. Ensuite, il a demandé d’où l’on venait. J’ai dit nous venons de Faranah avec seulement des étudiants. Maintenant, il a dit vous aller donner 50.000.000 FG sinon je vais tirer sur tout le monde. J’ai dit ‘’alors vous allez tirer sur beaucoup de personnes parce que je ne suis pas gardien de la Banque ni de la SAG. Si tu veux tirer, tu vas tirer sur nous tous’’, raconte Mory Bérété.

Ensuite, il poursuit, « Avant que je ne finisse de parler avec lui, j’ai vu d’autres sortir de la brousse et ont commencé à fouiller les passagers. Ils ont pris des téléphones, de l’argent, des sacs qui contenaient des habits etc… Mon apprenti qui n’a pas voulu donner le téléphone, ils ont tiré en l’air trois balles et tout le monde avait paniqué. Ils étaient tous habillés en gilet de gendarmes avec des rangers mais pas en tenue militaire. Ils ont pris avec moi 12 millions. Pour les passagers, on n’a pas encore pu estimer la somme qu’ils ont emportée », a-t-il dit.

Visiblement déçu et abattu par cette situation qu’il a vécue, ce conducteur, remonté contre les agents de la sécurité routière, demande aux autorités compétentes de prendre des mesures idoines pour la sécurité des voyageurs. 

 « Tout ce que je demande aux autorités, c’est de nous aider à sécuriser la route. Les pick-up qui sont sensés contrôler ne bougent pas, ils ne font pas de patrouilles. Quand ils vous arrêtent, ils ne demandent que les documents et l’argent. Ce n’est pas l’argent qui compte mais, la sécurité des personnes et de leurs biens. On n’est pas sécurisé, même en ville nous sommes attaqués », regrette notre interlocuteur.

Il reste donc à savoir si les nouvelles autorités prendront en compte les cris de cœur des usagers des routes nationales qui se plaignent de l’insécurité depuis la levée des barrages.

Ibrahima Sory Camara pour avenirguinee.net 

621369981

Comments are closed.