Désordre dans les marchés à Kankan : les prix fixés selon les humeurs des commerçants, les citoyens inquiets  

0 506

Depuis les violences survenues dans le cadre du scrutin présidentiel du 18 octobre, les prix des denrées de première nécessité ne cessent de grimper à Kankan, ville de la haute-Guinée.

A ce jour, jeudi 29 octobre 2020, le sac du riz qui se vendait à 300.000 FG, se négocie entre 340.000 à 360.000 fg. Le sac de la farine et celui du sucre se négocient autour de 400.000 FG. Et, ces prix varient en fonction des boutiques et magasins dans les marchés de Nabaya.

Pour les commerçants interrogés, la cause de cette flambée des prix est liée aux violences post-électorales qui ont occasionné la destruction de plusieurs magasins dans la ville, et le blocage des marchandises à Conakry, la capitaine guinéenne.  

« Actuellement les stocks du riz, de la farine, de l’huile et du sucre sont bloqués à Conakry pour cause de violences. Et, les frontières sont fermées. Ce qui fait qu’on ne gagne plus de marchandises », déclare M. Baldé rencontré dans sa boutique au marché Dibida.

« Oui, en ce moment il y a des augmentations au niveau des prix des denrées. Parce qu’actuellement un sac du riz se vend de 340.000 à 360.000 francs guinéens dans certaines boutiques. Donc, si les stocks sont bloqués, on ne peut rien faire. La demande est élevée par rapport aux marchandises et, c’est ce qui fait la rareté », indique un autre commerçant qui a préféré garder l’anonymat.

Inquiets, les citoyens quant à eux, appellent les autorités à sortir du silence pour « rétablir de l’ordre dans les marchés ».

Jusqu’au moment où nous mettons cet article en ligne, aucun communiqué du ministère du commerce n’est rendu public.

N’ty Diané, correspondante d’avenirguinee à Kankan.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.