Dubréka : vibrant hommage rendu à Mory Kanté, un an après le décès du griot à la voix électrique

Ce samedi, 22 mai 2021 marque la première année de la disparition du griot électrique Mory Kanté. Pour commémorer cette date, les responsables de l’Institut Supérieur des Arts Mory Kanté de Dubréka, en accord avec la famille du défunt, ont organisé une cérémonie d’exposition marquée par la prestation artistique pour rendre hommage à celui qui a hissé haut la culture guinéenne. C’est l’enceinte de l’amphithéâtre dudit institut qui a servi de cadre à cette rencontre qui a réuni un parterre de personnalités culturelles.Dans son discours de circonstance, le Directeur Général de l’ISAMK- de Dubréka, Pr Sitafa Camara a indiqué : « C’est en cette journée du 22 mai que nous avons été abattus par la nouvelle foudroyante du décès de Mory Kanté. Ceci nous a affectés dans la mesure où cet homme est un grand homme. C’était non seulement un musicien traditionaliste, mais aussi un vrai historien qui a été un vrai spécialiste des arts de Guinée », dit-il.

Publicité


Par ailleurs, il rappelle la volonté de l’autorité de son institut d’organiser une cérémonie de baptême pour célébrer le nouveau nom que porte désormais ce dernier :
« Donc, cet anniversaire commémoré à l’Institut Supérieur des Arts de Guinée désormais Institut Supérieur des Arts Mory Kanté nous honore dans la mesure où nous étions dans la logique de l’organisation d’une grande cérémonie de baptême à cette occasion. Très malheureusement, nous avons été empêchés jusque-là par Coronavirus avec les contraintes de distanciation…nous avons lancé une invitation à M. Le président de la République qui a bien voulu nous donner cet honneur qui nous va droit au cœur et que nous accueillons avec plaisir et détermination pour servir l’art et la culture Guinéenne », a poursuivi le DG de l’institut Supérieur des Arts Mory Kanté de Dubréka.Venu des Etats-Unis pour assister à cette cérémonie, Laye Kébé Kanté, un des fils du feu Mory Kanté, a livré ses sentiments en ces termes « Ç’a été une grande perte pour nous tous parce qu’il était important pour le monde entier. Mais, il l’était encore plus pour nous. C’était le patriarche, notre ami, il était tout pour nous. On a toujours pas pansé les plaies et c’est des plaies qu’on ne pansera pas. Aujourd’hui, le nom de cet institut lui a été donné et ç’a été quelque chose de très fort pour nous, parce que ça veut dire qu’il restera toujours », martèle-t-il. Ajoutant, « Un an après, nous sommes là aujourd’hui pour saluer tout le monde pour le travail qu’ils font… voir ces jeunes penser à notre père en organisant une cérémonie à l’occasion des un an, nous va droit au cœur parce que comme on le dit « une légende ne meurt jamais « . Les jeunes de cet institut veulent laisser le nom de papa et donc, nous la famille, allons aussi faire ce que nous pouvons pour aider un peu cet institut pour que ça perdure et que ça ne s’arrête pas », a promis Laye Kébé Kanté.Quant à la veuve du défunt, Sira Kouyaté a dit sa réjouissance face à l’immortalisation de son époux à travers cet institut « C’était sa volonté d’enseigner la musique aux jeunes.  C’est pourquoi, il a construit le complexe à Nongo mais, Dieu en a décidé autrement. Le fait de lui donner le nom de cet institut, le gouvernement à réaliser son souhait car, c’est comme si c’était lui qui avait fait cet institut pour que la musique guinéenne ait une grande renommée à l’international », a-t-elle martelé.

Il faut noter que cette cérémonie, en dépit de l’exposition des œuvres d’art dramatique et les prestations artistiques, a été marquée par la remise par la famille, des tableaux de Mory Kanté au Directeur Général afin qu’il soit gardé à l’Institut. Rappelons ainsi qu’une cérémonie de lecture du saint Coran est prévue demain dimanche à la résidence privée du défunt à kipé et sera suivie par un concert virtuel au centre culturel Sory Kandia dans la soirée.

Ibrahima Sory Sylla, envoyé spécial à Dubréka, pour avenirguinee.net
625-21-09-71

 

Comments are closed.