En voulant m’empoisonner, ma femme a fini par tuer mon collègue

0 280

Pour moi, l’on ne devrait vivre en union qu’avec celle qu’on aime et qui nous aime aussi . Une vie de couple sans amour, je ne l’avais jamais envisagé jusqu’a ce que j’épouse une jeune fille que je n’aimais pas.

Fraîchement embauché dans une entreprise de la place, j’avais dorénavant une situation financière stable pour vivre bienheureux avec une épouse.

Mes parents n’attendaient que cela d’ailleurs. Ils voulaient voir leurs petits enfants avant de rejoindre le Seigneur.

Maman avait son idée. Elle avait déjà repéré une belle jeune fille dans ma ville natale ,dans le nord de la Côte d’Ivoire . C’était la fille à mon oncle.

Quand la proposition me fût faîte, je n’avais pas apprécié parce qu’Alice n’était pas allée à l’école. Moi je voulais d’une relation ou mon épouse et moi pouvions même travailler ensemble dans des projets d’entreprises.

Papa me conseilla de me lancer et qu’avec le temps les choses se mettraient en place tout naturellement. A vrai dire, Alice était toute belle . J’avais un profond respect pour mes parents et leurs désirs étaient comme des ordres pour moi. Je n’aimais pas Alice, je ne voulais pas d’elle comme épouse, mais pour le plaisir de mes parents, j’accepta de l’épouser.

Deux ans après nous avions un magnifique garçon, mais a vrai dire, ce n’était pas le bonheur à la maison. Il y’avait toujours des altercations et elle n’hésitait pas a se dresser contre moi.

A un moment donné, je ne voulais plus d’Alice dans ma maison. Je voulais qu’elle parte mais les parents s’y opposaient. Alice aussi voulait partir mais se sentait prisonnière.

Dans la maison, on se regardait en ennemis, l’un attendait l’autre, et à la moindre erreur c’était des palabres.

Alice disait à tout le voisinage que j’étais méchant et que je la traitait mal. Elle disait d’ailleurs a qui voulait l’entendre qu’elle me haïssait.

Un jour, alors que nous devions faire demi-journée, mon ami et collègue devait venir manger chez moi à la maison. J’avais oublié d’informer mon épouse Alice.

Arrivés devant le portail, je rencontra un vieillard qui voulait absolument me parler. Alors je demanda à mon ami de rentrer à la maison. Il connaissait ma femme et elle aussi le connaissait bien.

La conversation avec le vieux mettait du temps, alors j’ appela ma femme pour lui demander de donner à manger à mon ami. Sur le champ, elle voulu s’opposer sans me dire réellement ce qui n’allait pas. Face à mon ami qui attendait qu’elle lui serve la nourriture, elle n’avait d’autre choix. Elle mis le plat de mon collègue qui se mis à manger au moment même ou le vieillard mettait fin à la conversation.

En rentrant à la maison, mon collègue se tordait de douleur et ma femme les mains sur la tête, était en pleure.

Mon voisin souffrait visiblement , et le temps d’arriver à l’hôpital, il avait rendu l’âme.

Mais qu’est ce qui s’était passé ? Comment mon ami pouvait rendre l’âme aussi facilement ?

Une autopsie fût faite et révéla que mon collègue avait été empoisonné quelques minutes avant son décès.

C’est en ce moment que je réalisa pourquoi ma femme Alice s’opposait à lui servir la nourriture. C’est moi qu’Alice voulait tuer en réalité et je fus sauvé de justesse par le vieillard que je ne connaissais même pas.

Ce qui était dommage, c’est mon innocent de collègue qui paya le prix de nos problèmes de foyer.

Bema Aboubacar…

Leave A Reply

Your email address will not be published.