Fondatrice d’une école franco-arabe, Kadé Sanoh cherche un conseiller islamique

0 333

Après 18 ans à l’étranger, Kadé Sanoh, affectueusement appelée ‘’Kadé New-York’’, est rentrée au bercail il y a de cela trois ans pour investir dans l’éducation. A ce jour, celle qui a étudié durant toute son enfance dans des écoles franco-arabe, a construit deux établissements d’enseignement pour, dit-elle, aider les parents à scolariser leurs enfants. Elle est la fondatrice de l’école française Roi Salmane Ben Abdelaziz Alsaoud 1 à FASSIA dans Coyah, et l’école franco-arabe Roi Salmane Ben Abdelaziz Alsaoud 2 à Kabélen, dans la préfecture de Dubréka. Madame Kadé Sanoh cherche un conseiller islamique pouvant l’aider dans la gestion de son deuxième établissement exclusivement réservé à l’étude de l’arabe.

Ce mercredi, 13 janvier, elle s’est livrée à avenirguinee à son domicile d’entag, dans la commune de Matoto.

« Je cherche quelqu’un qui évolue dans ce cadre. Vous savez, dans la vie, on ne peut pas tout connaître. C’est une école de 32 classes et, ce n’est pas facile de gérer tout ça. Ceux qui connaissent bien le domaine du franco-arabe, je veux qu’ils m’assistent pour discuter afin de trouver des directives pour le fonctionnement de cette école. Moi qui suis devant vous, j’ai fait l’école coranique. Ce que vous avez appris dans cette vie, vous n’allez jamais l’oublier. C’est pourquoi, j’ai dit qu’il faut que je construise une école franco-arabe pour contribuer à l’éducation des enfants », a-t-elle indiqué.

         Ecole Roi Salmane Ben Abdelaziz Alsaoud 2 de Kabélen,

Poursuivant, elle a invité les personnes de bonne volonté, à investir dans l’éducation, particulièrement dans la construction des écoles franco-arabe, pour contribuer à la formation des enfants.

                  Roi Salmane Ben Abdelaziz Alsaoud 1 de FASSIA

« Le message que je lance aux personnes de bonne volonté… Chacun doit savoir qu’en Guinée, il y a un peu plus de 90 pour cent de musulmans ; et vous ne pouvez pas prier sans parler de la langue arabe. Même si un français prie, il parle en arabe ; parce qu’il faut que tu dises ‘’Allahou Akbar’’, cela n’est pas écrit en français. Il faut que les personnes qui ont les moyens comprennent qu’on ne doit pas penser que le gouvernement fera tout. Il y a beaucoup de guinéens qui vivent à l’extérieur et qui veulent venir faire les choses dans leur pays, je leur lance un appel à venir investir dans l’éducation » souligne ‘’  Kadé New-York’’. 

 Mohamed Cissé 

+224 623-33-83-57

Leave A Reply

Your email address will not be published.