‘’Il faut qu’ils nous disent pourquoi on doit arrêter la vente de la chicha en Guinée’’(Valy Sacko)

0 661

La décision est tombée hier, les ministères du commerce, du budget, de la sécurité et de la protection civile interdisent l’importation, la distribution et la commercialisation de la Chicha en Guinée.

Interrogé, jeudi 7 janvier par avenirguinee, le président des Tenanciers des bars, restaurants, boites de nuit et motels de Guinée, Valy Sacko s’insurge contre cette interdiction sans concertation préalable avec les acteurs impliqués dans la vente de la chicha en Guinée.

« Nous avons appris  la décision comme tous les autres guinéens… En Guinée, il y a une situation qui est très difficile dans la prise de décisions. Si tu dois faire quelque chose par rapport à une structure, il faut associer ces gens qui sont concernés. Mais, quand vous prenez des décisions de façon unanime et brusque sans oublier que ces gens sont des entrepreneurs qui ont leur mot à dire par rapport au développement du pays. Ces lieux qui abritent la vente des chichas, ce sont des guinéens qui ont investi dedans, et ce sont des lieux qui emploient la jeunesse. Donc, quand vous devez arrêter ces genres de situation, vous avez besoin de communiquer avec ceux qui sont concernés. Parce que moi je ne suis pas contre l’arrêté conjoint si c’est nuisant contre l’évolution ou l’intelligence de la jeunesse. Mais qu’on nous dise pourquoi on doit arrêter la vente de chicha en Guinée », dit-il. Ajoutant que sa structure rencontrera les autorités du pays dans les prochains jours, pour poser des questions liées à cette décision.  

« Tout compte fait, comme la décision est tombée hier, nous allons essayer de rentrer en contact avec les autorités en place pour qu’elles disent le pourquoi on doit arrêter la vente et la consommation de la chicha en Guinée », a-t-il confié.

Plus loin, Valy Sacko dira « qu’il y a vraiment de l’amalgame dans la prise de décisions au niveau des autorités du pays. La décision a été prise avant pour interdire la vente de la chicha, après, ce sont eux-mêmes qui nous ont donné l’autorisation de la vente… », a-t-il conclu.

Abdoul Karim Touré pour avenirguinee.net

Leave A Reply

Your email address will not be published.