Le Balafoniste Balla Kouyaté, revenu des Etats-Unis, présente ses trophées, à Conakry

Après son sacre au grand concours international américain  » National Héritage Fellowships » remporté en 2019 aux États-Unis, aussi son élévation au titre de « Grand chevalier de l’ordre national du mérite de la République de Guinée  » le 18 juin dernier, le balafoniste Balla Kouyaté, descendant du djély du roi de l’empire Mandingue (Balla Fassakè Kouyaté), a animé ce lundi, 21 juin, un point de presse à la maison commune des journalistes. Objectif : présenter aux hommes de médias, ses différents trophées remportés récemment.

A cette occasion, le papa représentatif de la famille Dökala, à laquelle appartient ce djély, s’est montré fier de ces distinctions de Balla Kouyaté.

D’entrée, le magistrat et conseiller à la cour suprême est revenu sur la biographie du principal concerné : « Balla Kouyaté est né en 1974 à Gnagassola. Et, très vite, il a appris à jouer au balafon comme il est de coutume pour tous les enfants de Dokala. Chez nous, qu’importe que tu sois allé à l’école ou non, tu dois jouer au balafon parce que le « Sosso bala » est là. Ce garçon, quand il a appris le balafon, très tôt, on a vu en lui des prédispositions à la virtuosité. Et, vers la fin des années 80, grâce à sa sœur Kanimba Oulén Kouyaté, il se retrouve aux États-Unis. Ça fait 23 ans qu’il y vit mais, il ne fait que du balafon. Il est professeur de musique au conservatoire dans une université là-bas », a rappelé Siriman Kouyaté.

Parlant du trophée remporté par l’homme aux États-Unis, il indique : « Balla Kouyaté a posé sa candidature au concours  » National Héritage Fellowships », l’un des plus prestigieux trophées des USA vu qu’il est décerné à la maison blanche par le président en exercice. Au départ, il y avait 1500 candidats puis, après sélection, 200 pouvaient faire le concours. Et, après, sur les 200, seulement 10 ont réussi à avoir ce trophée et Balla est le seul noir… », a-t-il mentionné.

Dans sa prise de parole, l’heureux nommé « Grand chevalier de l’ordre national de mérite », a annoncé l’initiative d’un échange culturel qu’il souhaite mettre en place entre les autres pays et la Guinée pour « la conservation de la culture guinéenne. Et, aussi, permettre aux jeunes Guinéens de voyager vers d’autres cieux pour valoriser la culture », a confié Balla Kouyaté.


Sur le rôle joué par l’ambassade guinéenne à Washington après sa nomination à ce titre, il signale que :
« L’ambassadeur guinéen à Washington n’a rien fait. Ma femme et moi l’avions envoyé un mail mais, il ne nous a pas répondus. C’est l’ambassadeur du Mali qui nous a répondu », a-t-il déploré.

Il faut par ailleurs noter que Dokala est une branche de la grande famille des Kouyaté de Guinée. Une lignée qui a la charge de garder le « Sosso bala », instrument musical utilisé par le djély de Soundjata Keita.

Ibrahima Sory Sylla pour avenirguinee.net
625-21-09-71

 

Comments are closed.