Lélouma : un médecin accusé d’avoir violé une fille de 15 ans

Soupçonné d’avoir violé une mineure de 15 ans dont il est le tuteur, un médecin en service à la pédiatrie de l’hôpital préfectoral de Lélouma a été placé en détention préventive par le juge de paix de la préfecture.

Interrogé sur la question, par nos confrères de Guineematin, le magistrat Ousmane Koulibaly a fait savoir qu’il a ouvert des enquêtes sur la situation suite à des informations qui lui ont été relayées par le biais des citoyens, ce qui l’a amené à placer le présumé violeur en détention préventive en attendant la fin de l’enquête.

« La fille dont on parle était à Lélouma sous l’autorité parentale du médecin, qui travaille à l’hôpital préfectoral de Lélouma, au service de la pédiatrie. Moi, j’ai appris l’information à travers la ville. Sinon je n’ai reçu aucune plainte, ni de la part de la femme du monsieur, ni de la fille qui est d’ailleurs actuellement à N’Zérékoré, dans la famille du médecin même. Mais puisque nous, nous sommes les poursuivants, on peut engager l’action publique de plusieurs manières : soit par une plainte, soit par une dénonciation », a-t-il dit.

Et de poursuivre, :  » Quand j’ai appris la nouvelle, j’ai fait une convocation et j’ai interpellé le médecin pour des fins d’enquête. Arrivé à notre niveau, il n’a pas reconnu les faits. C’est ainsi que j’ai cherché à joindre la fille du côté de N’Zérékoré mais jusqu’ici, cela n’a pas été possible. En rapport avec mon collègue de N’Zérékoré, j’ai constitué une commission rogatoire pour aller rencontrer la fille pour savoir si effectivement l’acte s’est passé entre elle et le médecin. Le monsieur est placé sous mandat de dépôt depuis le 8 novembre 2021 et il est à la prison civile de Lélouma pour des fins d’enquête. Et j’ai orienté l’affaire en instruction, parce que dans des cas comme ça, il faut approfondir les enquêtes pour ne pas aussi condamner des innocents. J’ai demandé à ce que la fille vienne, et si elle ne vient pas, on va envoyer des magistrats là-bas en commission rogatoire pour interroger la fille », a indiqué le juge de paix de Lélouma.

Il faut préciser que les cas de viols sur mineures deviennent récurrents en Guinée. Ce, malgré les efforts fournis par les organisations de défense des droits de l’homme.

Ibrahima Sory SYLLA pour avenirguinee.net

 

Comments are closed.