Les pêcheurs contents de l’arrivée des militaires et souhaitent les rencontrer

Depuis la chute dimanche 05 septembre de l’ancien régime, les acteurs socio-politiques ne cessent de réagir suite à l’arrivée au pouvoir des militaires dirigés par le colonel-président Mamady Doumbouya. Ceux qui évoluent dans le secteur de la pêche, pas n’importe lequel, décident aussi d’exprimer leur soutien au CNRD.

Rencontré par avenirguinee.net, le président de la plateforme de la pêche artisanale en Guinée, El hadj Mamadou Oury Diallo commissaire apprécie le calme qui a régné au lendemain même de ce coup d’Etat. Il a donc salué le professionnalisme des forces spéciales.     

« C’est un sentiment de satisfaction et de joie parce qu’il n’y a pas eu de fusion de sang. Le peuple a adhéré, il n’y a pas eu de pagaille. Au lendemain, les choses ont repris, chacun à vaquer à ses affaires sans désordre. C’est pourquoi, je dis que c’est un sentiment de joie. Avec toute la force que l’ex président avait, changer ce monsieur allait poser des problèmes à la Guinée. Mais, ce que nous avons constaté, la population a adhéré et cela s’est passé dans les conditions les meilleures ».

Comme la plupart des secteurs, celui de la pêche s’est réjoui du changement de régime, déclare notre interlocuteur.  

« Nous adhérons tous parce que nous avons constaté que le peuple, la communauté des pêcheurs, sont dans l’allégresse. Tout le monde est content et apprécie la prise du pouvoir par l’armée loyale », a-t-il poursuivi.

Au regard des expériences tirées du coup d’Etat de 2010, survenu après le décès du Général Lansana Conté, El hadj Mamadou estime que : « C’est trop de dire que c’est un espoir, toute chose à un début et une fin. Pour ce départ, on apprécie parce qu’il n’y pas eu fausse note. Nous pensons qu’ils vont continuer sur cet élan surtout sans exclusion ; il faut mettre tous les guinéens sur un même pied d’égalité parce que c’est ce qui était le problème en Guinée. Il y avait une certaine marginalisation qui jouait beaucoup sur les affaires. Pour ce départ, nous constatons que le président est en train de respecter ce qu’il a dit, il a mis tous les guinéens sur un même pied d’égalité. Pour le moment, on est content de lui pour ce départ. Tout ce qu’on dit, c’est avec réserve. Parce qu’on a vu Dadis qui disait qu’il n’est pas venu pour s’éterniser au pouvoir. Après, il a dit encore qu’il va enlever la tenue pour se présenter. Nous comptons sur lui », souligne-t-il.

En ce qui concerne les attentes, le président de la plateforme de la pêche artisanale en Guinée ne marche pas sur mille chemins. Une rencontre avec la junte militaire pour échanger autour des questions liées à leur métier, est vivement sollicitée. Également, le choix des professionnels dans le département qui dirige le secteur de la pêche.      

« Ce que nous attendons du nouveau président : si vous parlez de la force vive, il faut parler du monde rural. La pêche fait partie du monde rural. Nous souhaitons qu’il fasse un appel aux professionnels de la pêche pour échanger avec lui. Il y a une rareté de poisson, ce n’est plus comme avant. La pêche artisanale qui approvisionnaient hier à 80 pour cent la population guinéenne, tel n’est plus le cas. La pêche artisanale avancée dont nous faisons allusion aujourd’hui est à la base de la destruction de la pêche artisanale. Nous voulons qu’il change complètement les responsables à tous les niveaux parce que c’était purement politique. Et, cela ne peut pas faire avancer le secteur. Il faut des professionnels de la pêche à tous les niveaux. Il faut qu’on échange avec eux pour mieux leur dire ce qu’ils doivent faire pour sauver la situation guinéenne parce que si nous continuons comme ça, dans quelques années, on sera comme le Ghana. Vous savez que ce pays à des mers mais il n’y a pas de poissons. C’est ce qu’il faut éviter », conseille El hadj Mamadou Oury Diallo commissaire. Réitérant également qu’ils seront à la disposition du CNRD « s’il arrive à nous comprendre ».

Ibrahima Sory Camara pour avenirguinee.net

Comments are closed.