Les véhicules de plus de 13 ans interdits : quel impact sur les importateurs ?

L’arrêté du ministre des transports est tombé ce mardi soir à la télévision nationale. Le gouvernement guinéen vient d’interdire l’importation des véhicules de plus de 13 ans. La décision entrera en vigueur à partir du 15 juillet prochain. Quel impact elle pourrait avoir sur les importateurs ? Moussa Sangaré, qui évolue dans le secteur, s’est exprimé ce mercredi au micro de la rédaction d’avenirguinee.net

« On n’apprécie pas cette décision parce que c’est pour nous mettre au chômage. À l’heure actuelle, le revenu des guinéens est peu, il y a trop de voitures dans les parkings », dit-il.

Pour lui, cette décision, si elle est appliquée comme prévu, augmentera sans doute leur souffrance. Il pense qu’elle devrait être prise à l’image de la situation économique actuelle de la Guinée.    

« L’interdiction des voitures de 1990-2002 que le ministre parle là, c’est nous les vendeurs qui connaissons. Quand la voiture dépasse les 25.000.000 FG, c’est un problème pour la vendre ; à plus forte raison que les véhicules de 2009. Quand on envoie les véhicules de 2009 chez nous ici, c’est cher, parce qu’en Europe, ça coûte 3 à 4 mille euros mis à part les transports. Donc, si un guinéen qui a un petit revenu qui n’arrive pas à acheter une voiture de 1998 (25 à 30.000.000 fg) et on ne gagne pas tout le temps, si on saute pour aller jusqu’à 2009, nous connaissons le prix des voitures de 2009. Le prix de cette année de voiture varie entre 75 à 80.000.000 fg. C’est très difficile pour nous », martèle notre interlocuteur.

Moussa Sangaré, qui plaide pour une révision de cette décision, rappelle que des négociations avaient été faites avec les autorités, mais en vain.

« Nous avons fait plusieurs négociations avec les autorités concernées mais, elles nous disent que c’est la décision du président. Une réunion vient de se tenir, ils disent que ça ne reste que 45 jours.  Au moins s’ils pouvaient nous laisser terminer l’année pour ne pas perdre, ça allait être bien…»

Dans la foulée, il a également noté les conséquences de cette annonce sur leur activité, lançant ensuite un appel aux décideurs : « Toutes nos activités seront ralenties, on peut envoyer une voiture de 2009 mais, à quand un client viendra acheter ? Le gouvernement doit avoir pitié de nous, parce que c’est dans ça qu’on se nourrit. s’il bloque ça aujourd’hui, toutes nos activités seront bloquées »

Bintou Camara et Fatoumata Djoubaté pour avenirguinee.net
Contactez-nous : 628-62-09-34

Comments are closed.