L’UFDG à la croisée des chemins ? 

Opinion – En tous cas la question mérite d’être posée tellement la tribune signée par Ousmane Gaoual et compagnie est en train de faire tache d’huile. Les positions sur la participation ou non du parti au futur dialogue sont très divergents.  Pour les uns, ces pourparlers constituent une opportunité alléchante pour obtenir la libération des détenus politiques ; car selon ces derniers, aucun sacrifice n’est de trop pour avoir la liberté surtout quand il s’agit du noyau d’élite sur lequel repose la Direction du parti. Quant aux autres, ils opposent un refus catégorique d’aller à ce dialogue. Pour eux, adopter une telle posture signifie capituler face à Alpha Condé; Arguant comme conditions préalables la libération des détenus et la reconnaissance de Cellou président de la République.

Mieux, ils comparent leur refus à tout dialogue à la résistance dont Mandela avait fait preuve face au régime de l’apartheid en Afrique Sud. Cependant ils oublient une chose, ce qu’à l’époque, c’est Mandela en prison qui a renoncé à tout compromis pour sa libération. À l’inverse, ici se sont les détenus qui entrevoient une issue favorable à leur sort, à travers un dialogue qu’ils sollicitent de vive voix. Pire et ironie de l’histoire ceux qui se radicalisent maintenant contre le Dialogue à l’image D’Aliou Condé sont restés silencieux voire muets depuis un bon moment ; au point que certains militants s’interrogeaient sur leur loyauté au parti. Comment peut-on se taire au moment où on est plus acculé par l’oppression ? Et s’égosiller de toute sa verve pour répondre à l’appel au secours de nos camarades cloués dans le cachot ?

Franchement, je trouve ça vraiment paradoxal. À cette allure, la stabilité et la cohésion du parti demeurent sérieusement menacées. Est-ce encore un coup de maître politique administré par Alpha Condé afin de semer la zizanie dans le camp de son principal challenger Cellou Dalein ? Je n’en sais rien. Je n’exclue rien non plus. Mais une chose est certaine, le fait que les avis soient diversement partagés à l’UFDG renforce déjà Alpha Condé. Kôrô fama attend le parti de Cellou de pied ferme au Dialogue pour les raisons suivantes :

1- il va utiliser les prisonniers comme monnaie d’échange;

2-  pour légitimer un tant soit peu son 3e mandat très contesté

3- se relooker une image positive à l’international qui est gravement malmenée actuellement.

4- se prémunir des futures sanctions de l’union européenne et des Etats-Unis.

Enfin, l’autre pan de mon analyse repose sur cette interrogation: Est-ce que pour une fois l’UFDG serait-elle capable de rouler Alpha Condé dans la farine ? C’est-à-dire aller au dialogue juste pour obtenir la libération de ses responsables et après faire volte-face sur tous les points qui lui seront défavorables. D’autant plus que la politique aussi souvent c’est deux principes : c’est la saine appréciation des réalités du moment et on ne la fait pas avec le cœur.

À cela, le théoricien italien Nicolas Machiavel ajouta : << En politique la fin justifie les moyens >>

M’Bemba Ibrahim Bah un jeune, une conscience, un idéal !

 

Comments are closed.