Mariame, albinos ‘’Il y a des hommes qui me demandent de coucher avec eux parce que…’’ (confidence)

Dans la société, les filles albinos sont mises à l'écart de certaines réalités à cause de leur différence physionomique. Mais, elles affectionnent certains hommes. Mariam Diallo, albinos, s’est confiée vendredi à avenirguinee. Écrit par Fatoumata Djoubate ( 627-59-55-69)

Nous naissons, chacun, avec des caractéristiques physiques et physiologiques différents. La société est devenue de nos jours un obstacle d’épanouissement pour certains humains dont les caractères physionomiques sont d’une certaine rareté. Ce qui entraîne le début d’un calvaire psychologique pour eux. Parmi ces victimes, figurent les albinos. L’albinisme est une anomalie génétique et héréditaire qui affecte la pigmentation et se caractérise par un déficit de production de mélanine. Indépendamment de l’appartenance ethnique ou du genre, les moqueries, brimades et insultes, l’isolement et la ségrégation banalisés, le refus d’un aménagement raisonnable, sont autant d’exemples de la discrimination que subissent les personnes atteintes d’albinisme. Cette discrimination se sent même dans leur vie de couple.

Diplômée d’une université de la place, Mariam Diallo a confié : « Il  y a certains qui me disent qu’avoir une petite amie albinos, apporte de la chance. Il y en a d’autres qui me demandent aussi de coucher avec eux parce que ça leur apporte de la chance » a-t-elle dit.

Courtisée souvent par certains hommes, Diallo indique que : « j’ai pas trop confiance parce que je me dis qu’ils ont les mêmes mentalités que ceux qui pensent qu’être avec une fille albinos apporte la chance. Donc, je suis très méfiante. Mais, après, je suis souvent courtisée par tous les types d’homme. Même s’ils ne me disent pas tout de suite que c’est parce que les gens disent que si tu sors avec une fille albinos apporte la chance, mais, au fur et à mesure, avec les conversations et tout, ils le disent finalement ».

Pour autant, la jeune albinos, comme tout autre humain, a besoin d’affection. C’est pourquoi, en dépit de sa méfiance envers les hommes, elle a choisi un partenaire qui lui procure de la joie. « Mon petit ami me traite normalement, il n’y a aucun problème. Intimement, je sais qu’il me voit comme toute autre fille. D’ailleurs, il me rassure tout le temps. Il me dit ‘’attends, je ne vais pas aller prendre ce que tout le monde a, pendant que moi j’ai une fille unique’’. Donc, je ne me sens pas du tout différente et je ne crois pas qu’il va me tromper au profit des autres filles parce que je sais que je suis unique », a-t-elle martelé plus loin.

Même si elle est aimée par son compagnon, cela ne laisse point l’entourage de ce dernier sans mots. Ils lui demandent tantôt : « comment tu fais pour rire avec cette fille? Comment fais- tu  pour lui donner des bisous ? mais attends, ça ne te dérange pas d’être avec elle? Quelle est la différence ? », Parfois, poursuit Mariam, « ça m’énerve. Et, après, j’ai envie de leur dire : mêlez-vous de votre affaire, ce n’est pas votre vie et laissez-moi tranquille ».

Malgré ces difficultés externes, Mariam Diallo demeure la bien-aimée de la famille « Dans ma famille, je suis un peu leur fille chouchou. C’est de là qu’est née ma confiance en soi. Dès fois même, je me dis, ‘’je m’en fous car, j’ai l’amour de mes parents. Et, c’est ça l’essentiel’’ »,  a-t-elle conclu.

Le sens de l’humanité se trouve dans l’acceptation des uns et des autres, chacun dans sa différence. Cette voie permettra à tous de trouver le salut de l’univers auquel nous appartenons. « l’acceptation dans la diversité est un gage certain pour une cohabitation paisible» disait le mathématicien guinéen Mouctar Keita. 

Comments are closed.