‘’Nos écoles, source et solution à nos problèmes », thème d’une conférence animée par ‘’Magoé éducation’’

À quelques jours de l’ouverture des classes en République de Guinée, la plateforme éducative « Magoé Education’’ a animé une conférence de presse ce samedi à la maison commune des journalistes de Kipé, dans la commune de Ratoma. Elle a été animée par l’enseignant et chercheur M. Mazoughou Goépogui. Objectif, attirer l’attention de l’opinion publique sur le rôle crucial de l’école dans le processus de construction d’une nation forte. La rencontre avait pour toile de fond:  » Nos écoles, source et solution à nos problèmes ».

Dans son intervention, le conférencier s’est tout d’abord interrogé sur la vision de l’école : « Voulons-nous vivre dans une société où la justice est la boussole qui régule les actions de chaque citoyen ? ou bien une société où la raison du plus fort est toujours la meilleure?

Voulons-nous construire une nation où les biens et services nécessaires sont à la satisfaction des besoins de sa société?

Voulons – nous construire une nation puissante qui volera au secours des plus nécessiteux ou bien une petite nation qui comptera toujours sur l’aide extérieur pour survivre?

Dans une société bien organisée, c’est l’école qui doit répondre à ces questions. Car, la société dans laquelle nous vivons est fonction du système de gouvernance mis en place. Et, ce système de gouvernance est fonction de la capacité intellectuelle des gouvernants et des gouvernés. Cette capacité intellectuelle est fonction de l’éducation reçue à l’école », a-t-il martelé

Poursuivant, il a pointé un doigt accusateur sur l’école qui, pour lui, est la cause de la situation socio-politique.

« Aujourd’hui, on a l’impression qu’en Guinée l’école a pour mission principale de donner des diplômes aux apprenants afin de leur permettre d’occuper des postes de responsabilité. Tout le monde veut diriger, personne ne veut travailler. Cette triste réalité est à la base non seulement des querelles intestines au sein de l’administration, mais aussi du désordre politique que nous vivons actuellement », a-t-il déploré.

Devant ce parterre de journalistes, ce professeur a précisé que « tout cela est dû au fait que les enseignants n’intègrent pas dans leur pédagogie la culture de l’estime de soi et la confiance en soi ». C’est pourquoi, ajoute-il, « Nous devons faire comprendre aux guinéens que nous n’allons pas passer tout le reste de notre vie à applaudir les autres. A un moment donné, nous devons chercher à nous faire applaudir par les autres aussi ».

Abdoul Karim Toure et Bintou Camara pour avenirguinee.net

Comments are closed.