Notre système éducatif qui était jusque-là malade est maintenant à l’agonie (Par Boubacar Barry)

0 81

Les résultats du baccalauréat unique session 2020 ont été publiés ce vendredi 25 septembre 2020. Sur les 87.632 candidats qui ont affronté cet examen cette année, 38.931 ont été déclarés admis soit un taux d’admission de 44,43%. La question est que ce taux de réussite ne semble avoir aucun rapport avec les réalités du terrain quand on sait comment les choses se sont vraiment déroulées depuis l’ouverture des classes en octobre dernier.

Aujourd’hui, tous les Guinéens savent qu’il n’y a eu pratiquement que quatre (4) mois de cours; octobre, novembre, décembre 2019 et juillet 2020. Les mois de janvier, février et mars 2020 ont été caractérisés par des mouvements sociaux et politiques. Depuis mars, je n’ai pas besoin de le rappeler, le pays fait face à la pandémie de Covid-19 avec plus 10.000 cas positifs à ce jour.

Alors que nous déplorons depuis plusieurs années maintenant la qualité de notre système éducatif en le qualifiant même de “malade », nous enregistrons un taux de réussite (44,43%) nettement revu à la hausse par rapport aux années précédentes (moins de 30%). L’année dernière par exemple, le taux d’admission au baccalauréat était de 24,38%. Comment a-t-on pu rehausser la qualité de notre système éducatif pour avoir 20% de plus cette année avec seulement 4 mois de cours ?

L’arrivée de Dr. Bano Barry, la goutte d’eau qui fait finalement déborder le vase ?

Lors du récent remaniement ministériel, Dr. Amadou Bano Barry remplace Mory Sangaré à la tête du département de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (MEN-A). Avec la nomination de celui qui est considéré comme le médecin spécialiste en la matière, les Guinéens éprouvent un nouvel espoir. Malheureusement, notre “docteur” a injecté une piqûre “tueuse » à notre “patient ».

Je ne suis pas contre ceux qui sont admis, ni content de l’échec des autres, mais vous le savez comme moi, ces examens nationaux(2020) notamment le baccalauréat unique sont caractérisés par beaucoup d’anomalies. Des candidats en pleine évaluation se connectent, créent des groupes watshap ou messanger, reçoivent les traités des différentes épreuves en temps réel. Des surveillants corrompus vendent leur “dignité » et permettent aux candidats de faire comme bon leur semble. Nous avons même vu des centres d’examen où des traités ont été photocopiés puis distribués aux candidats, les futurs cadres du pays.

Cet examen largement critiqué nous a produit un taux d’admission supérieur à celui du BEPC (35,59%). Où sont alors passés ces candidats qui devraient être exclus pour fraudes puisque l’on sait au moins que plusieurs téléphones ont été saisis dans les différentes salles d’examens à travers le pays. Dr. Bano a-t-il voulu prouver le qualité des cours en ligne initiés par les autorités pour éviter une année blanche ou bien c’est parce qu’il a voulu prouver qu’il est l’homme de la situation avec seulement un mois de cours ? À vous de juger…

Pendant ce temps, n’oubliez pas que nous sommes en période électorale.

Wassalam!!!

Boubacar Barry, journaliste guinéen

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.