Perles à la hanche : l’autre arme d’envoutement des hommes en Guinée (notre enquête)

Ce sont certes des bijoux mais les perles à la hanche représentent un trésor dont la vraie valeur et le rôle véritable sont ignorés par la nouvelle génération. D’après nos recherches, depuis plusieurs siècles, elles suscitent de la séduction intime pour les porteuses auprès des hommes. En Afrique, on apprend très tôt à la petite fille comment porter les perles autour de sa taille. Car, elles ont une importance qui va au-delà de l’imaginaire. La ‘’ Baya’’, comme on l’appelle dans certains dialectes en Guinée, se distingue selon les catégories : Certaines sont lumineuses, d’autres parfumées. En Guinée, nombreuses sont des femmes qui s’y intéressent. Le sujet, considéré tabou, a attiré l’attention de la rédaction d’avenirguinee.net.

Publicité 

Pourquoi porter les perles à la hanche ? Qu’est ce qui se cache derrière ces bijoux ?

M’mahawa Kourouma, une vieille femme que nous avons rencontrée dans la commune de Matam, dans la capitale Conakry, a donné les significations en ces termes : « avant, les perles à la hanche se portaient au niveau de la taille des enfants (filles). C’est pour définir la taille de la femme à celle de l’homme. Ça permet à la femme d’avoir une certaine finesse. C’est-à-dire avoir une petite taille ou fine. Et que la femme ait une belle forme. Sinon, sa forme sera comme celle d’un homme. C’est ce que nos grands-parents supposent et ça s’est transmis de génération en génération », a-t-elle expliqué.

Poursuivant, elle ajoute qu’au-delà des motifs évoqués haut, il y a d’autres éléments mystérieux qui sont liés au port des perles comme l’envoûtement : « il y a des perles à la hanche qui envoûtent. Quand un homme voit, il ne peut plus te résister. Et, par ailleurs, il y a des perles qui sont spécialement fabriquées chez les sénégalais et maliens qui ont un parfum particulier pour séduire et plaire à son mari », a souligné notre interlocutrice.

Les perles à la hanche, communément appelées Baya chez nous (Guinée), permettent l’attirance sexuelle, selon Kankou Condé, commerçante au marché de Madina : « quand tu portes les perles de taille, quel que soit l’homme devant toi, s’il voit les perles autour de ta hanche, le léopard peut se lever pour la chasse », a-t-elle dit. Avant de renchérir : » les perles à la hanche ont une grande importance. C’est pourquoi d’ailleurs, les maliennes et sénégalaises nous dépassent en matière de gérance de mari. Elles utilisent toutes sortes de perles de taille pour attirer leurs hommes. Mais chez nous, ce n’est pas considéré », a déploré kankou.

Publicité 

Pour Mariam Ciré Sylla, une autre dame interrogée, les perles de hanche servent d’outil de communication de grande valeur. Car, selon elle : « quand tu les portes, le cliquetis à un effet sur l’homme, ça le rend curieux et l’excite. C’est aussi un moyen de retenir ton homme pour que quand il te voit nue devant lui, et que tu portes les perles, ça lui séduise et lui donne envie de te toucher, et qu’il veuille te voir ainsi chaque jour », a martelé cette femme au foyer.

Notre enquête, riche en enseignements, nous a mené chez les vendeuses de cet ornement dont l’utilité a suscité notre curiosité. Certes, elle les revend, mais, contrairement à nos précédentes interlocutrices, Mamet Camara ne trouve pas d’importance à leur port : «  Je ne porte pas de perles à la hanche parce que, selon moi, ça n’a pas d’importance ».

De même, elle a choisi d’en faire son business parce que : «  C’est rentable. Les filles les aiment donc, c’est beaucoup acheter. Il faut savoir également que même les hommes viennent l’acheter parce qu’ils disent l’aimer autour de la taille de leurs femmes ou petites amies. Donc, ils préfèrent eux-mêmes l’acheter, ça leur permet de faire leur choix de couleur ».

Dans le même ordre d’idées, Madame Touré pense que les perles : «  c’est juste pour se faire plaisir et sont comme tout autre ornement. Ce n’est pas seulement pour plaire aux hommes, d’autres peuvent les mettre pour ça. Mais, ce n’est pas le cas chez moi », a-t-elle confié.

Les conservatrices, elles, partent au-delà du caractère séduction induit par la nouvelle génération à cette pratique. La vieille maman, Mamaïssata Sylla, pense et croit fermement que la jeunesse d’aujourd’hui a dénaturé le sens du port des perles : « Avant, nos grands-parents faisaient porter les perles de taille aux enfants (filles) pour qu’elles aient une belle forme. On donnait les perles ou même une corde à une personne qui est bien formée pour qu’elle lui fasse porter. Cela fera en sorte que ton enfant ait une belle forme. C’est devenu notre tradition. Mais, aujourd’hui, c’est devenu un moyen de séduction et même d’envoûtement pour les jeunes » regrette-t-elle.

Youssouf Kémoko, jeune conducteur de moto-taxi sur l’autoroute Fidel Castro, sans langue de bois, a su trouver les mots pour exprimer son désir des perles à la hanche : « Moi, j’aime les perles de taille. Il y a des femmes qui les portent juste pour le plaisir. Mais, d’autres, pour nous plaire quand elles sont nues devant nous. Et, certaines les mélangent avec les gri-gris pour les envoûter ou garder leurs hommes pour elles. Personnellement, ça m’excite », dit le jeune homme avec un large sourire.

Publicité 

De la sensation amoureuse ou même pour son plaisir excessif, cet autre jeune marié qui a préféré garder l’anonymat, nous a confié qu’il exige que sa femme porte les perles puisque :  » les bruits que ça fait me donnent une sensation d’amour. Et, comme ma femme les portes, j’adore les toucher surtout quand c’est ma couleur préférée. Ça me donne envie de la caresser, ça m’attire », a-t-il laissé entendre.

Si certains éprouvent du plaisir pour les perles autour de la hanche de leurs partenaires, d’autres ne trouvent rien de spécial. Et, comme on le dit, la beauté se trouve dans les yeux de celui qui contemple l’objet en face : « Personnellement, les perles ne me font pas d’effets. Ça ne m’attire pas. Donc, je ne saurais dire que c’est attirant ». Par contre, poursuit Amara Sylla, : « C’est la hanche même de la femme qui est attirante. C’est l’une des parties de la femme qui séduit l’homme surtout quand c’est fine. Donc, si elles les portent, c’est peut-être pour amener l’homme à regarder cette partie puisque les perles, hors la taille de la femme, ne signifient rien ».

En dépit de la conjoncture difficile à laquelle le pays est confronté, on constate que les femmes préfèrent négocier ce bijou entre 2 500 à 70 000 FG pour les perles ordinaires et 150.000 à 250 000 FG pour celles spirituelles. Et donc, disons que chaque homme et femmes à sa perception vis-à-vis des perles de hanche. Mais, il faut rappeler que leur caractère sacré ne date pas d’aujourd’hui.

Baya, affleman, odjè, ilèkè idi…, nombreux sont les appellatifs qui permettent de désigner ces petits colliers de hanche. Coloré, fin ou gros : le port des perles est une habitude ancestrale. Dès son plus jeune âge, la fille en est parée. Parmi ses rôles, les perles peuvent également servir de soutien au pagne en période menstruelle, a-t-on appris au cours de cette enquête.  

Réalisée par Fatoumata Djoubaté, pour avenirguinee.net

627595569

Comments are closed.