Questions relatives aux incendies électriques (Par Keita Abdourahmane)

0 56

L’ONG ASPEC, depuis 2015 mène des activités d’information et de sensibilisation sur les incendies d’origines électriques qui ne font qu’endeuiller la population et causer des dégâts matériels considérables. Malgré ces appels incessants, les différentes parties semblent sourdes, ce qui entraine malheureusement des situations désagréables.

Ainsi, en guise de rappel, nous mettons en ligne cette réflexion.

I­- Contexte

Les problématiques d’insécurité

Notre pays est confronté depuis des années à des problématiques liées à l’insécurité électrique notamment dans les installations intérieures qui se manifestent  par :

  • Des accidents mortels suite à électrocution ou avec graves séquelles suite à l’électrisation,
  • Des handicaps suite à des brûlures internes ou externes en raison de l’effet thermique,
  • Des incendies dans les habitats et dans divers bâtiments à usage commercial pouvant aller jusqu’à leurs entières destructions.

Les principales causes identifiées en général :

  • Des défauts d’installations intérieures ou des défaillances d’appareils électriques,
  • Mauvais raccordement des appareils domestiques (rallonge électrique, prise arrachée, fils dénudés, etc.)
  • Méconnaissance de la réglementation et des normes de construction,
  • Le non-respect des conditions de travaux non électriques au voisinage des installations sous tension,
  • Qualité inappropriée des matériels et appareillages électriques (conducteurs, interrupteurs, prises, disjoncteurs, sectionneurs, etc.)
  • Les ouvrages de distribution HTA et BT non mis à distances réglementaires vis-à-vis des habitations,
  • Absence d’information et de sensibilisation auprès des clients sur les risques électriques,
  • Non mise en sécurité des installations défectueuses permettant un accès volontaire ou malencontreux aux pièces nues sous tension.

La situation réglementaire et légale :

Les aspects réglementaires relèvent de la compétence des pouvoirs publics. Il est à noter qu’une loi datant de 1993 organise le secteur de l’énergie en Guinée. Cette loi est relative à la production, au transport et à la distribution. Au regard des méthodes modernes d’exploitation des réseaux électriques et de l’évolution des besoins des clients, notamment en matière de sécurité électrique, ces règles législatives et réglementaires méritent d’être réactualisées et/ou mises à jour.

Manifestement, au regard du nombre d’accidents déplorés, ces règles ne sont pas mises en œuvre.

II­- Attentes

Le gouvernement guinéen par l’intermédiaire du ministère de l’Energie doit mettre en œuvre la politique de sécurisation des installations intérieures. L’objectif à afficher est d’éradiquer sur une période relativement courte  les incidents et accidents dont l’origine est électrique.

Ainsi pour la réussite de ce projet, l’Etat pourra compter sur l’expertise de certains cabinets et ONGs qui  seraient en mesure de l’accompagner.

Pour l’instant…

La population, pour se mettre à l’abri de ce fléau doit observer des mesures palliatives suivantes :

  • En l’absence de l’électricité, débrancher tous les récepteurs électriques ;
  •  Eviter de surcharger les prises et rallonges ;
  • Faire vérifier les nouveaux récepteurs par un professionnel avant leur utilisation
  • Eviter l’utilisation des récepteurs de grande puissance dans les installations de fortune ;
  • Faire faire les travaux électriques par un professionnel habilité.

Abdourahmane Keita, ingénieur électromécanicien, président d’ONG

Leave A Reply

Your email address will not be published.