Qui est ATT, président malien décédé ce lundi ?(parcours)

0 66

C’est Oumar Touré, neveu de celui qui a été président du Mali pendant 10 ans, de 2002 à 2012, qui a annoncé la nouvelle. « Amadou Toumani Touré est décédé dans la nuit de lundi à mardi en Turquie, où il était évacué pour des raisons sanitaires », a-t-il indiqué, cité par l’AFP. Il avait 72 ans. Amadou Toumani Touré avait subi récemment « une opération du cœur à l’hôpital du Luxembourg de Bamako qu’il a créé. Tout semblait aller bien », a indiqué sous le couvert de l’anonymat un médecin de l’hôpital. « On a décidé ensuite de l’évacuer sanitairement. Il a voyagé sur la Turquie très récemment par un vol régulier. Malheureusement, il est décédé dans la nuit de lundi à mardi », a-t-il ajouté. Pour rappel, Amadou Toumani Touré, surnommé ATT, est celui qui, après son coup d’État réussi contre le président Moussa Traoré en mars 1991, a enclenché et accompagné le processus vers plus de démocratie au Mali.

Un parcours de Mopti à la tête de l’État

Amadou Toumani Touré est né le 4 novembre 1948 à Mopti, dans ce qui est encore le Soudan français. Après avoir fréquenté ce qu’on appelait à l’époque l’école fondamentale, il se destine à la carrière d’instituteur en s’inscrivant, entre 1966 et 1969, à l’école normale secondaire de Badalabougou, à Bamako. Finalement, c’est une trajectoire militaire qu’il prend en intégrant l’École interarmes de Kati, dont il sort pour entrer au 33e régiment des commandos parachutistes. En 1984, après de nombreux stages en Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) et en France, il est déjà commandant, chef de bataillon de son régiment.

Le tournant de sa vie arrive en mars 1991. Après les manifestations populaires réprimées dans le sang par le président Moussa Traoré, il devient un acteur de tout premier plan dans le coup d’État qui fait chuter le successeur du premier président du Mali, à savoir Modibo Keïta. C’est le moment où il prend la présidence du Comité de transition pour le salut du peuple, ce qui lui vaut d’assurer les fonctions de chef de l’État pendant la transition pour préparer l’instauration de la démocratie. À ce titre, il organise la Conférence nationale. Celle-ci s’est tenue du 29 juillet au 12 août 1991. Des législatives et une présidentielle sont organisées en 1992. Moment particulier qui va lui donner le plus grand des prestiges : à l’issue des élections, il remet le pouvoir au président élu, en l’occurrence Alpha Oumar Konaré. De quoi conduire à ce qu’il soit surnommé le « soldat de la démocratie ». Après cet épisode, il a fondé et dirigé une fondation pour l’enfance. Revenu aux affaires et élu président en 2002, puis réélu en 2007, Amadou Toumani Touré a, à son tour, été renversé en mars 2012 par un coup d’État dirigé par le capitaine Amadou Aya Sanogo

Leave A Reply

Your email address will not be published.