Ratoma : échange avec les citoyens au tour de l’information budgétaire

La rencontre, tenue mercredi au sein de la maison des jeunes de la commune de Ratoma, a réuni plusieurs représentants d’organisations de la société civile, d’autorités locales, de médias et de citoyens ordinaires. Elle consistait à expliquer aux participants en français et dans les dialectes la nécessité d’avoir des informations sur le budget national, et les différentes sources officielles à travers lesquelles le citoyen peut savoir ce que font les autorités publiques du contribuable guinéen.

Le coordinateur du projet contrôle démocratique du renforcement de la transparence budgétaire en République de Guinée, Sanoussy Dansoko a d’abord expliqué en quelques mots le projet, avant de souligner la nécessité de cette initiative pour les citoyens.

« Ce projet consiste non seulement au renforcement des capacités des acteurs étatiques en charge du budget (agents des ministères du plan, de l’économie, des finances et les receveurs des 38 communes urbaines), celui des acteurs de la société (formation des formateurs), mais aussi des rencontres d’échanges entre les acteurs étatiques et les citoyens.

Il faut que les gens s’intéressent au budget ; que les cadres étatiques échangent avec les citoyens de leurs localités du budget national ; qu’on s’intéresse à ce budget national qui est pour tout le monde, pour permettre au gouvernement d’être sérieux dans l’exécution du budget », a-t-il expliqué. Ajoutant que : « le projet est axé sur le budget national. Mais, au niveau du budget national, il y a une partie qui est allouée aux communes. Donc, on demande aux responsables d’expliquer ce qu’ils ont eu à faire avec l’argent qui a été affecté à leur commune », a lancé Sanoussy Dansoko.

Ce projet qui a attiré les attentions des participants, a été aussi une occasion pour l’assistance de poser des questions autour du budget national. Elles ont été largement abordées par les porteurs du projet. Ce qui a sans doute amené Ismatou Diallo, présidente de l’ONG Femme au Cœur du Développement, à se réjouir d’avoir participé aux échanges.    « C’est une opportunité pour nous les jeunes d’avoir l’accès à l’information autour du budget. Chose que je trouve très importante. Sans cela, on serait toujours confronté à des conflits par le fait qu’on a pas l’information qu’il faut au moment qu’il faut ».

De poursuivre, elle a appelé à la multiplication de l’initiative : « Il faut multiplier ce genre de rencontres pour mieux outiller les jeunes et leur permettre de participer comme il le faut au développement de leur pays. C’est un plaidoyer qu’on va aussi lancer vers les administrateurs pour qu’ils donnent l’information qu’il faut autour du budget, parce que c’est un devoir pour eux…. Cela pourrait même pousser les jeunes à s’intéresser au budget pour savoir ce qui est prévu pour eux et pour leur localité afin de pouvoir revendiquer. Parce qu’on ne peut pas revendiquer quelque chose qu’on ne sait pas ».Il faut rappeler que ces échanges avec les acteurs de la commune de Ratoma interviennent après ceux de Matam.

Mohamed Cissé pour avenirguinee.net

Comments are closed.