Sheraton : un pot de fleurs cassé, trois travailleurs virés

0 536

Il s’appelleMohamed Saliou Sampil, l’homme a été viré par les responsables de l’hôtel Sheraton pour avoir cassé un pot de fleurs. Ce jeudi, à la maison commune des journalistes, il est revenu sur le faits.

 » C’était dans la nuit du 28 août dernier à 22h 30mn, comme il pleuvait abondamment, il était difficile d’accéder à l’ascenseur, je ne pouvais pas sortir dehors pour aller vers l’ascenseur. Je suis parti dans la salle de sport où il y’avait des serviettes que j’ai ramassées et mises dans le chariot. Au cours de mon passage à la réception, j’ai trouvé la plaque de la distanciation sociale du COVID-19, j’ai garé le chariot pour la déplacer afin d’ouvrir la porte pour partir vers l’ascenseur réservé aux personnes. Le temps pour moi de contourner, le chariot a glissé et a percuté le pot de fleurs. J’ai informé mon supérieur, qui a informé le DG. Le lendemain, il mon appelé d’aller expliquer à la ressource humaine. Quand je suis parti, elle (Hadja Mariam DRH), une semaine après, m’a dit ‘’voici la convocation de licenciement au préalable’’ que de signer…’’relate le licencié Sampil.

Aussitôt informés, les deux responsables syndicaux évoluant au sein du complexe hôtelier, ont rencontré les responsables pour régler l’affaire. A la surprise générale, ils sont aussi virés.

« Le 22 Août 2020, les syndicalistes Amadou et Alassane Diallo sont venus rencontrer le DGA pour lui demander d’intervenir sur la situation, le DGA et la DRH ont considéré cette requête comme une menace. Et, ensuite,  une demande d’autorisation pour licencier les deux délégués syndicaux est envoyée>>, poursuit-il

Les syndicalistes souhaitent l’implication des ministres du  Tourisme et de L’hôtellerie, de l’artisanat, du Travail et des lois sociales, pour la réintégration des trois travailleurs de cet hôtel.

Ibrahima sory Camara pour avenirguinee.net

Leave A Reply

Your email address will not be published.