Sugar Daddy ou prostitution moderne: la tendance qui emporte les filles à Conakry (Enquête)

Dans la vie ordinaire, il est spectaculaire et même étonnant de voir une jeune fille se mettre en relation avec un homme âgé. Depuis plusieurs décennies, la société africaine a inculqué dans les têtes qu’il est anormal, voire ignoble pour une petite-fille de coucher avec une personne qui a plus que l’âge de son père biologique. Mais, en ce 21è siècle, cette façon de voir semble être caduque dans un monde connecté, avec l’apparition des réseaux sociaux qui ont sans doute changé notre évolution. Si avant vous avez honte d’entretenir des relations avec une personne âgée parce qu’elle est dans votre quartier ou dans votre ville, en raison du regard de la société, aujourd’hui, avec l’internet, il est bien possible même en dehors de votre pays.

Dans la capitale guinéenne, un nouveau phénomène voit le jour et prend le contrôle : « les Sugar Daddy». Ces personnes assoiffées de chair fraîche ont fait leur apparition à Conakry. Et, le phénomène prend de l’ampleur au vu et au su de tous.

Qu’est-ce que le Sugar Daddy ? Pourquoi plusieurs jeunes filles adhèrent à cette tendance à Conakry ? Qu’est-ce qui pousse les hommes âgés à entretenir des relations avec des jeunes filles ? témoignages déchirants, l’évolution et la perception du phénomène par la société guinéenne… la rédaction avenirguinee.net lève le tabou dans cette enquête exclusive. Bouchez les oreilles et ouvrez bien les yeux. C’est parti !

Sugar Daddy est un terme utilisé pour désigner une relation amoureuse dans laquelle un homme âgé et aisé offre de l’argent, et/ou des biens matériels à une fille bien plus jeune que lui. La plupart d’entre elles sont séduisantes et ambitieuses, à la recherche d’un certain confort de vie. En échange de cette « belle vie », du plaisir sexuel de toutes positions demandées par un « Sugar Daddy ». En français facile : elle se met à la disposition de son ‘’ vieux’’. Nos recherches ont révélé que ces genres de filles sont souvent des étudiantes, des diplômées sans emploi, et des élèves.

Sugar Daddy : Un partenariat gagnant-gagnant

Cette façon de vivre est une relation à bénéfices mutuels ou chaque partie à un manque à gagner. Si les « papas gâteaux » cherchent des petites bonnes au lit et belles aux yeux des gens, les filles quant à elles, cherchent des sources financières. Un papa qui leur donne de l’argent pour payer les frais scolaires, assurer leurs besoins et être là quand il s’agit de parler d’argent et de la belle vie.

Ramatoulaye Barry est étudiante à l’université de Sonfonia située à en haute banlieue de Conakry.

« Moi, je ne sors pas avec les Sugar Daddy parce que je les aime, non ! c’est parce qu’ils arrivent à satisfaire mes besoins. Mes parents s’occupent moins de moi, ils n’arrivent pas à satisfaire tous mes besoins. C’est pourquoi j’entretiens souvent des relations avec les personnes âgées. Car, ils comprennent ma situation et m’aident beaucoup sur le plan financier », a-t-elle confié à notre équipe d’enquête.

Pour cette autre fille, qui a préféré garder l’anonymat, les raisons sont diverses. Pas seulement pour les billets de banque, c’est aussi pour une certaine liberté.

« Je n’aime pas entretenir des relations avec un jeune de ma génération pour plusieurs raisons : les jeunes hommes ont trop de problèmes, ils aiment beaucoup contrôler, fouiller dans les téléphones de leurs copines ; tout le temps des coups de poing, des disputes inutiles, l’infidélité… tout ça nous rendent mal à l’aise. C’est tous ces aspects qui font que je n’aime pas être avec un jeune. Être en relation avec un vieux, je me sens bien à l’aise. Ils respectent, ils sont matures, ils sont compréhensifs… Avec mon vieux, j’apprends beaucoup de choses à ses côtés. Les vieux enseignent et éduquent en même temps », estime cette jeune fille.

« Je l’ai épousé alors que j’avais le même âge que sa fille »

Fanta, 24 ans, s’est mariée avec Gérard alors que celui-ci avait 54 ans. La jeune dame, qui dit avoir le même âge que la première fille de son mari, a déclaré que sa relation est « la plus belle au monde », même si elle a épousé un homme qui pourrait être plus âgé que son père.

« Mon mari est charmant, drôle, super-actif, intelligent… Je l’adore ! Son âge ? vraiment je m’en fiche complètement. Cela nous fait rire, plus qu’autre chose. Il a une fille qui a mon âge et on est des copines. On est l’archétype de la famille recomposée », dit-elle.

Poursuivant, elle est revenue sur le début de sa relation avec son Sugar Daddy : « J’ai connu mon mari au travail, c’est mon chef. Alors, cela veut dire que je le connais sous tous ses aspects, professionnels et personnels. Quand je l’ai connu, je suis tombée instantanément amoureuse de lui. Il a une telle personnalité, un tel charisme… ».

Fanta a accepté d’assumer toutes les conséquences de son union avec Gérard, avec un entourage qui a eu du mal à consommer le fait qu’elle épouse un vieil homme.

« Avec notre entourage, tout se passe très bien. Ses amis m’ont tout de suite acceptée. Pour ma famille, ça a été plus difficile. Je suis d’un milieu assez bourgeois. Le fait qu’il soit beaucoup plus âgé, ça ne leur a pas plu. Ma mère, surtout, m’a cassé les pieds avec ça au début. Elle pensait qu’il voulait s’amuser avec moi. Pendant deux ou trois ans, je n’allais pas trop chez moi. Et puis maintenant, je crois que mes parents ont accepté mon choix. Aujourd’hui, on vit ce qu’on a à vivre et puis c’est tout. Se poser trop de questions, ça mène à l’immobilisme. On est heureux, tous les deux. J’espère qu’on le restera longtemps », a-t-elle raconté.

«Je ne voie pas l’intérêt d’être en relation avec un vieux qui n’est pas en forme sexuellement »

Si de nombreuses filles trouvent normal de sortir avec les personnes âgées pour avoir une stabilité financière et une certaine liberté, cette autre appelée Oumou Bangoura, que nous avons interrogée, pense que les jeunes peuvent bien chauffer.

: « Je n’aime vraiment pas entretenir des relations avec un vieux. Pour plusieurs raisons : je considère comme mon père toute personne qui a le même âge que lui.  Je ne vois pas d’intérêt à entretenir une relation avec un vieux qui n’est pleinement pas en forme sexuellement ».

Notre interlocutrice admet que les vieux peuvent « être atteints d’une maladie quelconque, qui ne leur permettra peut-être pas de vivre plus longtemps ».

« J’aime sortir avec les jeunes filles, elles savent entretenir, chouchouter et dorloter »

Comment réagissent les « papas gâteaux », qui sont des acteurs majeurs d’une telle relation ?

Mohamed Soumah, âgé de près de 70 ans, que nous avons rencontré dans un restaurant au centre-ville de Conakry, n’a pas caché sa préférence pour les jeunes filles. Pour cet homme, « elles savent entretenir, chouchouter et dorloter. Je me sens très bien au près d’une belle demoiselle sexy, elle me procure du plaisir et de l’affection. L’âge n’a pas d’importance pour moi. Je m’en moque de ce que les gens pensent ou disent de moi », dit-il.

Et de poursuivre, « tout n’est pas basé sur le matériel dans une relation. L’existence du matériel dans un couple est primordiale. Si tu tiens vraiment en ta partenaire, ton souhait est de la voir meilleure parmi les autres filles bien propres, attirantes… Prendre soin de la personne que tu aimes n’est jamais un crime. Ma copine est sans complexe quand nous sommes ensemble. Elle me procure du plaisir quand je suis stressé ou dans n’importe quel problème. Lorsque je suis avec ma Barbie, elle me rend l’homme le plus heureux sur terre », a-t-il confié.

« Si tu fais descendre ta culotte devant ta fille, je crois que c’est le dernier degré des déshonneurs »

Contrairement à Mohamed Soumah, Aboubacar Fofana, 64 ans, pointe du doigt l’irresponsabilité des jeunes filles. Pour lui, « beaucoup d’entre elles sont vraiment paresseuses, elles préfèrent se vendre aux vieux pour de l’argent. Mais, je ne les accuse point ; c’est nous les vieux qui leur donnons l’occasion. C’est pourquoi actuellement il n’y a plus de respect. Si toi tu fais descendre ta culotte devant ta fille, je crois que c’est le dernier degré des déshonneurs. Je vois nauséabonde cette relation entre une jeune fille et un vieillard de mon âge. Cela ne rapporte rien sauf jouir de la mentalité des petites enfants ou des mineures excitées », a-t-il martelé.

Le côté sombre d’une relation avec un Sugar Daddy

 A Conakry, la course pour la recherche de l’argent ou du bien matériel pousse les jeunes filles à tuer l’amour en elles en cherchant par tous les moyens des hommes qui peuvent garantir pour elles une aisance financière. Mais, l’autre vérité est que ces Sugar Daddy, pour la plupart, laissent leurs familles pour partir à la conquête des petites filles. A l’aide de l’argent, ils les emportent et font d’elles ce qu’ils veulent. Cette façon de vivre rend les filles paresseuses, ferme leurs yeux sur l’avenir, crée une dépendance à l’homme, les empêche de construire une relation basée sur un vrai amour.

Existe-t-elle une explication sociologique liée à cette nouvelle tendance qui gagne du terrain à Conakry ? Nous avons approché un sociologue pour répondre à cette interrogation.

« Depuis des décennies, cette pratique existe en Afrique. On donne des filles de 13 ans ou 14 ans à un adulte de 40, 50, 60 et même 70 ans qu’elles veulent ou pas. Aujourd’hui, l’adultère est à la mode.  80% des filles connaissent l’homme avant 18 ans.

Actuellement, la société ne voit plus l’adultère comme quelque chose de négatif.  Les relations ne sont plus cachées, elles se passent devant tout le monde. En tant que sociologue, je ne blâme personne ; chacun à sa manière de vivre sa vie. Il faut comprendre que les sociétés évoluent, les tendances se créent en fonction de notre évolution », dit cet enseignant dans une université publique de Conakry, qui a préféré garder l’anonymat.

Au regard de tout ce qui précède, l’amour risque-t-il de disparaître à Conakry ? En tout cas, les jeunes hommes semblent perdre « les patates douces » qui tombent entre les dents des vieux affamés.

Réalisée par Batrou Cissoco pour avenirguinee.net

+224 626945094

 

Comments are closed.